Conduite accompagnée : comment assurer son véhicule ?

Publié le : 25 novembre 20214 mins de lecture

La conduite accompagnée présente de nombreux avantages : acquérir plus d’expérience, augmenter les chances de réussir l’examen de conduite, réduire le risque d’accident, diminuer les coûts de formation et les primes d’assurance. Cette approche a été recommandée par les autorités et respectée par les compagnies d’assurance.

Qu’est-ce que la conduite accompagnée ?   

La conduite accompagnée est un apprentissage précoce de la conduite avant l’obtention du permis de conduire. Les jeunes conducteurs doivent être accompagnés par une personne titulaire d’un permis de conduire depuis au moins 5 ans et n’ayant commis aucune infraction avant de prendre le volant. L’apprentissage de la conduite donne aux apprenants de meilleures chances de réussir l’examen du permis de conduire car le temps de pratique est beaucoup plus long que la période d’apprentissage traditionnelle. De plus, il a été constaté que le coût du permis est moins élevé lorsqu’il est effectué en accompagnement à la conduite. Il existe 3 formes de conduite accompagnée, et les conditions d’accès et de pratique varient selon l’âge et la situation du débutant. Quelle que soit la forme de conduite accompagnée que vous choisissez, vous devez être titulaire du code de la route et avoir obtenu une attestation de fin de conduite dans tous les cas pour pouvoir conduire avec votre accompagnateur en dehors de l’auto-école.

Comment fonctionne la conduite accompagnée ?

Vous devez avoir au moins 15 ans pour pouvoir participer à l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ou conduire avec vous. L’apprentissage se déroule en trois étapes.

  • Entrez dans une auto-école pour apprendre au moins 20 heures de conduite réelle et passer l’examen théorique du permis de conduire. Si vous réussissez, l’auto-école vous délivrera un certificat d’achèvement de la première formation.
  • Une période de conduite avec un adulte (1 à 3 ans), pendant laquelle vous devez parcourir au moins 3 000 kilomètres.
  • Une formation suivie de la réunion pédagogique de l’auto-école, puis à partir de 17 ans et demi, la démonstration pour l’examen de conduite proprement dit.

Quelles sont les conditions?

La pratique de la conduite accompagnée est soumise à certaines règles de sécurité. L’accompagnateur doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans. Il doit obtenir l’accord préalable de la compagnie d’assurance automobile.  Ensuite, les candidats ne doivent pas dépasser la vitesse autorisée pour les jeunes conducteurs (par exemple 110 km/h sur l’autoroute). Ils doivent être munis de leur manuel de formation et de leurs documents d’assurance au moment du contrôle. Le véhicule doit être équipé de deux rétroviseurs latéraux et d’un disque de conduite à l’arrière.

Assurance auto et conduite accompagnée !

La conduite accompagnée ne peut se faire que si l’assurance du véhicule utilisé comporte une extension de garantie et que le nom de la personne accompagnante est indiqué. Le propriétaire doit en faire la demande à la compagnie d’assurance lors de son inscription à l’auto-école. Aucune prime supplémentaire n’est exigée pour prolonger la période de garantie. Ensuite, une attestation de fin de formation initiale est nécessaire pour autoriser la conduite avec un accompagnateur. Si l’escorte est due à certaines infractions au code de la route (homicide et blessures accidentelles, conduite en état d’ivresse, délit de fuite, refus d’obtempérer à un ordre de stationnement, annulation de conduite ou de permis). L’accompagnateur doit également être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans. Et si un accident survient pendant la phase d’apprentissage, l’assuré prend en charge une partie du sinistre à ses frais dans le cadre de la franchise habituelle  » conducteur novice  » du contrat d’assurance. Cette franchise s’applique aux dommages causés à autrui (assurance responsabilité civile) et aux dommages causés au véhicule de l’assuré (dommages accidentels ou dommages par collision).

Plan du site